L'entretien

Anna Bartoli, Design studio Bartoli

Anna Bartoli, Design studio Bartoli Il a été changé: 2017-05-08 di Benedetto Fiori

Lors de l'édition 2017 du Salone del Mobile, nous avons rencontré Anna Bartoli du studio Bartoli design, qui avec son frère Paolo poursuit l'expérience commencée en 1960 par son père Carlo.

Carlo Bartoli est le créateur de quelques pièces iconiques du design italien, comme le fauteuil Gaia pour Arflex, la collection Tube pour Rossi par Albizzate, le fauteuil 4875 pour Kartell, le studio a collaboré et collabore toujours avec de nombreuses autres entreprises leaders du secteur meubles.

SDM: pour commencer, une brève présentation, comment est né le studio Bartoli et comment aborde-t-il le design?

Anna Bartoli: L'atelier est né dans les années 60 avec le travail de mon père Carlo qui est architecte, comme je suis architecte et mon frère Paolo est architecte, maintenant nous travaillons à trois.

Dans les années 60, il a effectivement commencé comme architecte, puis il arrive qu'avec l'une des premières crises de construction, il essaie de faire autre chose, il entame une première collaboration avec Arflex grâce à des événements fortuits, il avait besoin d'une série de meubles pour lui-même, il a conçu ces meubles selon ses besoins, puis il les a proposés à Arflex, ils sont intéressés, donc, presque par hasard, il a commencé à être designer.

Que les années 60 a été fertile où ils ont développé de nombreuses marques qui sont désormais célèbre dans le monde entier, sont des icônes de notre conception.

Cette activité de designer, mêlée à celle d'architecte, c'est ce que nous continuons à faire aujourd'hui, nous concevons principalement, mais aussi l'architecture et nous transférons les expériences et les besoins de l'architecture dans notre travail de designer.

SDM: d'après votre expérience, quelle est l'étincelle qui déclenche le processus de création?

Anna Bartoli:Le processus créatif peut avoir des étincelles, plusieurs naissances, nous croyons beaucoup en collaboration avec les entreprises, il est donc souvent un dialogue avec des entreprises qui font des stimuli nasceredegli qui approfondissent ensuite.

Ces stimuli découlent des conditions sociales, par exemple, qui créent alors le besoin de nouveaux produits, du fait que l'entreprise veut explorer un autre thème concernant la technologie, que l'entreprise associe à un nouveau type de client pour lequel n'a pas encore de produits ou, parfois, cela découle du fait qu'en fréquentant différentes entreprises et en réfléchissant beaucoup aux types de produits, nous réalisons des lacunes qui, selon nous, mériteraient d'être comblées et nous avons des idées que nous considérons innovantes et intéressantes à développer .

La créativité est un processus complexe, comme si tant de stimuli et aussi tant de contraintes se sédimentaient et convergeaient dans un moment qui doit ensuite être synthétisé par nous de manière rationnelle, il y a un moment créatif qui est pourtant celui d'une synthèse qui c'est aussi rationnel, ce n'est pas l'œuvre d'un artiste que celle d'un designer.

SDM: chaque projet a une histoire qui mène de l'idée à la production de l'objet, lequel de vos produits est celui avec l'histoire la plus intéressante?

Anna Bartoli:Un produit récent qui à mon avis illustre bien notre façon d'aborder le projet est une chaise que nous avons fabriquée pour Kristalia, elle s'appelle 1085 edition, c'est une chaise qui est née précisément d'un stimulus de l'entreprise, d'un processus artisanal de fabrication du le cuir, qui n'est pas du monde du meuble, mais appartient au monde de la chaussure.

Une tannerie historique qui a fabriqué les semelles des bottes pour l'ascension d'Ardito Desio au K2, une histoire d'entreprise intéressante d'une entreprise artisanale, a donné le ton de ce processus. Ils produisent un cuir très épais, 7 mm, avec lequel on nous a demandé de concevoir un produit design.

Il n'avait jamais été utilisé pour le design, nous avons pensé à l'utiliser pour fabriquer une chaise, c'est un cuir qu'il faut pratiquement apprivoiser, car il ne convient pas aux meubles, il doit être tiré d'une manière très particulière. Nous l'avons donc imprimé, nous lui avons donné une forme tridimensionnelle, nous avons utilisé des tirants nautiques, nous l'avons étiré sur un cadre métallique, nous avons utilisé ce matériau pour ses caractéristiques de portance et c'est devenu un projet de synthèse très intéressant entre un tradition artisanale, notre travail en tant que designer et la technologie de Kristalia, qui a plutôt mis toute la partie structurelle de support, en investissant également dans des moules. Tout est devenu un produit design.

SDM: quelle est la différence entre le design des années 60 et le design contemporain?

Anna Bartoli:Il y a un abîme entre la conception dans les années 60 et la conception actuelle. Dans les années 60, l'innovation est d'abord née du besoin de fabriquer, de donner des produits qui n'existaient pas, il y avait une innovation sur les matériaux, une innovation sur les types, le manque de produits en série qui pouvaient servir tout le monde, donc il y a eu une floraison de produits innovants.

Avant, il n'y avait aucune idée de production industrielle de design, en particulier dans le secteur du meuble, les produits étaient tous fabriqués à la main, au lieu de cela dans les années 60, il y avait l'application de technologies dans le secteur du design pour le mobilier et plus, puis surtout les besoins sociaux, pour répondre aux besoins de la population avec des produits qui n'existaient pas auparavant, tout cela a produit des inventions d'époque.

Maintenant il y a tout, il y en a trop, surtout dans notre secteur du meuble, il n'est pas nécessaire d'avoir une nouvelle chaise, une nouvelle bibliothèque ou une nouvelle cuisine, donc vous travaillez de manière traditionnelle, toujours sur le produit , surtout en ce qui concerne les finitions, les performances techniques, la perfection des détails.

De mon point de vue maintenant, nous sommes vraiment en train de changer d'époque donc le design devient aussi l'étude du processus métier sous tous ses aspects, du processus commercial, du service, de l'implication client, de l'explication de ce qui se cache derrière le produit, qui représente la différence entre une entreprise et une autre et entre un produit et un autre.

Ainsi, le rôle du concepteur a tellement changé, nous devons tout savoir sur le monde des affaires, nous ne pouvons plus prendre soin que pour la conception d'un produit.

Vous aimerez aussi

répondre